hijra en algérie

Hijra en Algérie : la découverte d’un pays fabuleux

Abou Abdullah Au quotidien, Se déplacer, Sur place 1 Commentaire

Partagez nos savoir-faire
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hijra en Algérie: la découverte d’un pays fabuleux

Rassurez-vous je n’ai pas fait la Hijra en Algérie même si cela a failli se faire ( je reste dans le cadre de la Hijra au Maroc). Il n’y a pas si longtemps que cela, un frère m’a mis en relation avec un « 3ammi » (un ancien de l’ancien) qui possède une fabuleuse entreprise en Algérie. Son rôle ? Il vend des formations à distance concernant les moteurs diesel, les moteurs essence, la reprogrammation des calculateurs…Son site : www.formadiesel.com.

Je lui fais de la pub gratuitement car son travail est remarquable : il y a passé beaucoup de temps puis il y a investi beaucoup d’argent et …ce sont des formations rares : soit on ne les trouve pas du tout en France, soit elles sont trop chères.

En bref, il possède une plateforme de e-learning (comprenez « j’apprends à distance ») dans laquelle des gens apprennent par exemple ce que sont des moteurs, quelle est la différence entre le moteur diesel et essence etc.

En parallèle, il délivre des formations sur place, il a investi de l’argent dans des locaux (eh oui !) dans lesquels il reçoit des gens principalement d’Afrique. Mais depuis peu, des européens s’intéressent à son activité et commencent à débarquer à Biskra, ville d’implantation de la société.

hijra en algérie

OK c’est cool et alors, parle nous de toi ?!

Après avoir discuté avec ce charmant 3ammi, il a été convenu que je me rende en Algérie (à ses frais, la classe!) pour pouvoir lui proposer des solutions pour optimiser son site web, accélérer son référencement, et diversifier ses canaux de revenus.

J’ai tenu…sept jours. Le temps de repartir car j’ai eu des graves soucis personnels à l’époque. Mais qadar Allah, j’ai pu visiter l’Algérie et voici ce que j’en retire.

1- Hijra en Algérie : Sounna garantie !

Ah l’Algérie ! Ce beau pays , mon pays en fait car je suis algérien d’origine.

Dans ce cas-là, pourquoi tu nous parles tout le temps de la Hijra au Maroc sans cesse (louche ce type…) ?

En fait, comme indiqué au consulat d’Algérie en France, je suis dans une impasse juridique car les cas comme moi tombent dans ce qu’on appelle « un vide juridique ». En effet, à l’heure actuelle, il n’y a aucune loi en Algérie depuis les dernières réformes qui me permette de régler mon problème de papier d’Algérie. Je t’explique :

  • Mon père ne m’a pas reconnu à la naissance et ne comptait pas le faire
  • Ma mère a dû l’attaquer en justice quelques années plus tard afin d’obtenir une reconnaissance paternelle (je penche plutôt pour une pension alimentaire. Pas méchant mais c’est la réalité)
  • Quelque temps après mon mariage, la mairie de ma naissance m’a appelé pour me signifier qu’il changeait mon extrait de naissance afin d’y ajouter une filiation paternelle (le nom du père va finalement apparaître sur mon extrait de naissance). Bon ok , pourquoi pas ? (je n’ai jamais vu ni connu mon père donc cela ne me dérange pas)
  • Quand je suis venu faire mon passeport biométrique au consulat d’Algérie, pour les connaisseurs, il faut faire ce qu’on appelle un « 12S ». Pour simplifier, c’est votre enregistrement au consulat et pour cela il faut fournir un extrait de naissance…avec toutes les mentions! Et la mention de l’affiliation paternelle est apparue. Les dernières lois Algériennes stipulent que le nom du père doit figurer sur le 12S. Du coup, j’ai maintenant des papiers français avec le nom de famille de ma mère (mon père ne voulait pas me reconnaître à la naissance) et j’ai un passeport Algérien…avec le nom de mon père ! Etrange…Kheiiiiir !
  • Quand j’ai voulu faire maintenant le 12S du petit, on m’a gentiment expliqué que c’était impossible étant donné que le nom de famille de mon père n’apparaît nul part sur les papiers du petit …Bref la cacophonie totale.
Se préparer en amont permet une optimisation de son départ...sisi that is the truth #PapierHijra Click To Tweet

Reprenons le fil de notre discussion, tu es toujours avec moi ?

Si tu as bien suivi, à l’heure actuelle, je ne peux pas faire les papiers du petit et envisager une Hijra en Algérie. Ils ont certes les passeports marocains, mais ne peuvent prétendre à la nationalité algérienne pour le moment. Le consul m’a indiqué que je devais me rendre en Algérie, pour faire une injonction devant le procureur…

Rien compris ! J’ai visité deux avocats quand je suis descendu en Algérie mais chacun m’indique une procédure différente… La misère pour l’instant ! Si quelqu’un est dans le même cas que moi, je veux bien d’ailleurs qu’il prenne contact avec moi, qu’Allah  عزوجل facilite !

2- Hijra en Algérie : aperçu de la banlieue d’Alger

En arrivant en Algérie, j’ai d’abord atterri dans la périphérie d’Alger, au niveau de Bouzareah, une commune située en « hauteur ».  Hauteur, car pour s’y rendre, on peut prendre le téléphérique (pas pour faire du ski non dommage…). J’ai été accueilli, logé, nourri par un …mouhajir.

La miséricorde des mouhajirs envers leurs frères est impressionnante...Il faut le vivre pour le… Click To Tweet

Qu’Allah عزوجل  récompense le frère qui m’a accueilli, pfff  « il m’a mis bien » comme on dit. « Il m’a dit crains Allah, laisse ton argent dans ta poche (j’en avais presque pas de toute façon lol) et laisse moi m’occuper de toi ».

Résultat des courses : il m’a payé une puce, du forfait, m’a logé et nourri gratuitement…Alors que lui-même cherche désespérément à trouver une activité économique en Algérie. On demande à Allah عزوجل  de lui apporter son aide et qu’Il lui accorde plus que ce qu’il ma offert durant trois jours !

Certes Allah est généreux et il aime la générosité. Il aime les bons comportements et il déteste… Click To Tweet

Bouzareah, c’est la Sounna ! Beaucoup de frères et de sœurs portent la Sounna dite « extérieure », les gens sont plutôt « peace », le salam est très répandu et les mosquées sont assez remplies, surtout le soir…Vous ressentez vraiment un vent de « Sounna » qui vient caresser votre visage lorsque vous vous promenez dans la ville. On sent aussi que beaucoup de personnes ont fait la Hijra en Algérie

hijra en algérie

En trois jours, j’ai pu assister à deux cours d’étudiants en science dans lequel il y avait foule de monde ! Beaucoup, mais beaucoup de frères dans la mosquée, tous accroupis pour profiter de cette science bénie qu’est la nôtre et qui , pour tout l’or du monde , ne se troque pas !

J’ai aussi rencontré un Sheykh (Sheykh Hassan Ait Aljat, qu’Allah عزوجل le préserve) à qui j’ai pu poser une question concernant un problème personnel. Ce sheykh me conseilla d’ailleurs de rester à Alger plutôt que des descendre dans le sud de l’Algérie car ici, la science est présente et il y a beaucoup de frères ما شا ء الله.

La science est donc accessible en Algérie très facilement. Certains Shouyoukh (pluriel de Sheykh) en Algérie parlent français, donc n’hésitez pas les appeler si vous avez des questions concernant votre vie ou vos adorations, ils sauront mieux que quiconque comment vous aider et vous conseiller sincèrement.

Enfin, j’ai rencontré des algériens (donc non muhajirs) avec lesquels nous avons partagés des petits moments (visite du Sheykh Hassan de passage à Bouzareah, crêpes le soir ou encore un match de football) : ambiance garantie !!

J’ai vraiment aimé mon passage au sein de Bouzareah d’un point de vue « religieux ». Par contre, je n’ai pas aimé les files de bouchons qui se profilent dès…6 heures du matin dès que tu sors de la mosquée. C’est impressionnant les bouchons en Algérie, du côté d’Alger plutôt, les asmathiques tâtez bien le terrain avant d’aller à Alger.

3- Hijra en Algérie : descente dans le sud à Biskra

Puis je suis descendu à Biskra pour occuper le poste de directeur commercial au sein de « formadiesel ». J’ai bien été accueilli et bien traité il faut le dire. Je dormais un étage au dessus de mon bureau, j’avais un bureau pour moi tout seul, je venais en djellaba, claquette…pff la classe totale non ?

Mais j’étais loin de ma famille (je suis parti tout seul) et quelqu’un comme moi qui aime passer du temps en famille et voir ses enfants, c’est plutôt dur. Que chacun soit honnête envers soi-même dans son projet Hijra, certains ont des patiences que d’autres n’ont pas !

hijra en algérie

Savoir faire le bilan de soi-même , de ses capacités et limites, aident quant à la préparation de… Click To Tweet

De plus, je dois avouer que le poste qu’on m’avait promis différait de 15% de ce que m’avait proposé le patron, mais ce n’étais clairement pas la raison de mon départ !

J’ai beaucoup apprécié cette expérience mais …pas trop Biskra.

Biskra est une ville charmante située aux portes du désert où l’on peut y manger des dattes succulentes. Je ne saurai expliquer pourquoi je n’ai pas trop aimé cette ville, peut-être parce que j’ai trop aimé le Maroc, sa générosité et ses habitants.

Je suis resté une semaine et je n’ai pas eu le temps de voir grand-chose, mais j’ai quand même fait la découverte de certains mouhajirs, dont un qui venait d’ouvrir un restaurant très propre, avec un menu pas cher et un savoir-faire français . Au top !

Celui qui possède un savoir-faire européen peut facilement exporter son talent au bled...Succès… Click To Tweet

hijra en algérie

Conclusion sur la Hijra en Algérie

On fait un petit bilan comme d’habitude des voyages de #HijraExpress. Je retiens que :

  • L’Algérie a beaucoup de charme, et d’après le peu que j’ai vu, la Sounna est plus présente qu’au Maroc. De plus, en se rendant dans les alentours d’Alger, on peut vraiment assister à des assises bénéfiques et on trouve des savants situés à la périphérie d’Alger. C’est vraiment une grande ni3ma, qu’Allah عزوجل préserve ce pays magnifique !
Algérie, pays de la science ! Algérie pays de la science ! Propagez cette vérité ! #HijraAlgerie Click To Tweet
  • La hijra que ce soit la Hijra en Algérie se prépare, on ne cessera de le répéter ! Il faut bien étudier là où l’on se rend. Par exemple, j’ai moins apprécié l’Algérie que le Maroc alors que j’ai pu assisté à des cours de deen en Algérie très facilement, du côté de Bouzareah (même à Biskra il y avait des cours)
  • Je trouve aussi que le Maroc est plus développé au niveau des infrastructures
  • La qualité de vie est à prendre en compte lorsque l’on fait la hijra : la pollution ou les embouteillages qui se trouvent à Alger sont délirants ! Et un asmathique ne se sentira pas forcément bien, donc ces paramètres mondains sont à prendre en compte pour certains type de personnes.
  • J’ai comparé les prix des aliments de base (légumes et fruits) que l’on trouve en Algérie, avec le Maroc. Devine quoi ? J’ai été agréablement surpris et j’affirme haut et fort que c’est moins cher en Algérie ! Cela change du discours de ma mère « tu vas voir l’Algérie, c’est très cher, tu peux pas vivre là-bas », qu’Allah عزوجل accorde la guidée à nos parents !

Pour finir, chaque personne a ses préférences et ses limites. Que chacun fasse son auto-évaluation afin de préparer un projet hijra solide et sans retour إن شا ء الله.

Et toi, l’Algérie t’en penses quoi ? As-tu prévu de faire la Hijra en Algérie ? Tu es Algérien ? Dis nous tout ici !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retrouvez gratuitement notre guide pour démarrer votre Hijra maintenant

7 étapes pour démarrer, planifier et organiser une Hijra ambitieuse et sans retour

Ma cha a Allah, ton projet va enfin pouvoir démarrer par la grâce d'Allah

Commentaires 1

  1. Pingback: Hijra en Algérie : la découverte d’un pays fabuleux | Our Algeria, for sisters by sisters

Laisser un commentaire